4 Mars 2017

HamON, MacrON, MélenchON, ON ON ON

Et,

NOUS

PardON

Je rêvais,

Et je me disais Si ces trois-là voulaient, Comme trois mousquetaires, tous pour un, un pour tous, Trois pour nous tous, les électeurs, Vu l’urgence, et vu la situation, Si ces trois-là voulaient nous inviter à partager avec eux nos idées, je leur dirais :

“Cessez les querelles de partis et la course au pouvoir.”

Je leur dirais :

Proposez-nous une trêve pour nous refaire une santé, un an, deux ans en gelant toutes les décisions, pour nous laisser le temps de rédiger des cahiers de doléances à partir desquels nous pourrions choisir les termes d’une nouvelle constitution dans le cadre d’une assemblée constitutante : Le “Bien public” doit être remis au centre des préoccupations de la vie politique.

Ainsi nous aurions une chance

- De casser les lobbies et leurs ingérences dans la rédaction des lois qui favorisent, entre autres, la finance mondiale hors sol.

- De renouveler le personnel politique et de réduire le nombre des élus tous beaucoup trop installés dans des carrières à vie qui les isolent de nous et qui les livrent à l’appétit des lobbies et aux tentations quotidiennes des pots de vin et autres faveurs et privilèges.

- De mettre en place des remparts contre le système des conflits d’intérêts à tous les niveaux de la politique qui font d’un maire, d’un président ou des grandes institutions internationales les juges et parties des règlements et des lois qui leur conviennent à eux d’abord.

- De remettre à leurs places respectives les techniciens, les technocrates qui usurpent le rôle des élus qui, eux, sont les seuls représentants du peuple.

- De reconfigurer la représentation nationale en créant à la place des sénateurs, des représentants des divers métiers et professions.

- De reconfigurer l’assemblée nationale avec des représentants des Régions et des Pays historiques constitutifs de l’hexagone, l’Ile de France et Paris ne devant être que ce qu’ils sont, une Région parmi les autres, avec chacune ses particularités et ses spécificités.

- De limiter le nombre des amendements avant de voter une loi pour éviter leur prolifération destructrice quand de 15 Pages elle passe à 1500 pages ou plus; ces amendements noient l’essentiel et favorisent les multinationales et autres grands groupes; ils sont en effet seuls à pouvoir employer les services des avocats d’affaires devenus les spécialistes capables de découvrir la demi ligne ou le mot de l’amendement opposables à des riverains ou des particuliers démunis et spoliés. (Cf Monsanto et les informations données par “Cash investigation et l’équipe de Elise Lucet) Les juges, eux, font appliquer la loi, c’est leur métier.

- De nous redonner en Europe la place et les moyens de défendre la paix entre nous d’abord, puisque les deux dernières guerres mondiales nous ont douloureusement instruits  de l’échec des victoires, les vainqueurs d’un moment devenant les vaincus du lendemain.

- De nous refaire une santé physique et mentale en favorisant le nombre des emplois liés à l’écologie et aux nouvelles technologies.

- Et qu’enfin le chômage recule.

En résumé

Pour lutter contre les malédictions actuelles de la soumission à un jacobinisme centralisateur, autrement dit parisien, et de l’humiliation née de notre impuissance à faire valoir nos différences régionales, nos cultures et nos langues encore vivantes dans nos vieux pays, une refonte du système est nécessaire. En France, si nous modifions intelligemment notre vie politique entre égalité et différence, fraternité et liberté, nous donnerons l’idée aux autres, à nos voisins et frères européens,

- que les frontières des uns peuvent garantir celle des autres,

- que la fraternité s’apprend d’abord au sein de chacun de nos peuples dans une langue particulière enracinée,

- que l’égalité se manifeste obstinément par l’égalité devant la mort, et ceci est notre

héritage celtique et humain.

- que la vie est la diversité infinie de tout ce qu’il est possible d’être, de faire et de savoir, en tant qu’homme, que femme, qu’enfant, et ceci est aussi notre héritage celtique, puis grec puis latin dans toute l’Europe, et qui s’est répandu dans le monde.

- que la liberté est nécessaire et utile parce que chacun est seul face à soi-même, à ses possibilités et à ses limites et qu’il est seul à savoir et pouvoir orienter sa vie.

- que la justice est la condition sine qua non du respect de chacun à l’égard de chacun et des autres.

Moyennant quoi, remettons notre civilisation en route dans la continuité d’un mouvement qui s’élève en spirale au dessus du destin de notre condition humaine. Et seule la condition humaine est en charge d’une parole qui surnage au dessus des temps comptés.

Pour que la Vie triomphe …

Voilà, c’est ce que je peux penser et dire toute seule dans mon coin, sans vouloir blesser quiconque, en regardant autour de moi, et en essayant de voir au delà des informations en rafales qui détournent nos esprits de l’essentiel.

 

 

 

Colette TRUBLETCommentaire