JEUDI 4 MAI 2017

Le débat n’a pas vraiment eu lieu.

Marine le Pen a passé son temps à attaquer grossièrement son adversaire et a finalement peu exposé son programme.

Emmanuel Macron a essayé de défendre le sien mais il a été contraint de se défendre d’abord.

A croire que Marine le Pen est chargée de brouiller les cartes pour empêcher toute évolution, pour alimenter les colères et la rage et faire le jeu de la zizanie au bénéfice des solutions à faire valoir qui du coup sont toutes du côté de Emmanuel Macron.

Il faudrait un événement considérable pour que Marine le Pen soit élue.

Les législatives vont être importantes. L’enjeu reste la décentralisation pour nous les Bretons. Tout va dépendre de la progression du « girondisme » au détriment du jacobinisme parisien. Il faut desserrer l’étau administratif sur les provinces dont aucune ne peut espérer faire valoir ses 4 à 6 millions de voix contre un ensemble hexagonale de plus de 60 millions de citoyens chargés de noyer les particularités et les compétences des vieux pays constitutifs de son ensemble.

Après, l’écologie et le programme de Benoit Hamon vont revenir en force sous la pression des nécessités.

Rien n’est jamais perdu ?